Disposer de son corps librement, ce droit fondamental

Je ne sais pas si vous avez remarqué mais dans ce bas monde très rares sont les femmes qui disposent librement de leur corps. Et attendez je ne parle pas seulement des sociétés où elles ont pour ordre de ne pas sortir de la maison à moins d’être bien planquées sous  10 couches de tissus opaques. Ni de ces contrées où elles ploient sous le poids de 3 marmots, un sur le dos, un à chaque sein. Ouf ! les mains sont libres pour rapporter 25 litres d’eau sous un soleil de plomb.

Non, je parle également de ces pays où soit-disant il y a eu la révolution sexuelle. Ici, chez nous, au pays des droits de l’Homme et accessoirement de la Femme. Naturellement, on va me dire que si on compare avec nos copines d’ailleurs, nos vies à nous, femmes occidentales, ne sont qu’un chatoyant chemin parsemé de pétales de roses.

C’est vrai, qu’en principe, nous avons tout loisir de disposer de notre corps librement, tout comme nos congénères masculins.

Sauf qu’entre les principes et la réalité, il y a souvent un écart non négligeable.

En effet…

Je doute que monsieur renonce à porter son petit jean fétiche celui qui moule avantageusement son anatomie sous prétexte qu’il sort ce soir et qu’il va devoir prendre les transports en commun à une heure tardive.

Je ne pense pas non plus qu’il se sente harcelé tout au long de sa vie par les médias, la pub, sa femme, ses ex, ses médecins dès qu’il prend quelques kilos et qu’il ne correspond plus aux canons de l’esthétique prônés par les ayatollahs des régimes et de la mode.

Je ne crois pas qu’il s’oblige régulièrement à se raser ou s’épiler parce qu’il ne peut pas sortir tous poils dehors dans la rue sans sentir un vent de panique horrifié à la vue de ses aisselles et de ses jambes velues.

Je suis persuadée que trop rares encore sont les messieurs qui avant d’avoir une relation sexuelle s’inquiètent de l’éventualité d’une fécondation par leurs royales cellules de nos ovules, laissant les femmes gérer seules les tracas de la contraception et surtout les éventuelles « fâcheuses » conséquences si absence ou défaillance de contraception il y a eu.

Mais j’y pense… Serait-ce parce que le corps de la Femme aurait pour destinée première d’enfanter qu’elle ne pourrait pas faire ce que bon lui semble avec son Auguste enveloppe. Ce qui expliquerait que seul monsieur puisse se balader les tétons à l’air sur internet ou montrer son gros ventre plein de bière dans un clip sans provoquer une levée de boucliers.

La Femme ne serait-elle avant tout qu’un corps qui donne la vie ou qui donne du plaisir selon les circonstances ? Ce qui donnerait à tout le monde le droit de décider pour elle et de lui dicter son comportement ?

Mon corps m’appartient

Bref, long is the road (comme dirait Jean-Jacques) avant que les Femmes que nous sommes puissent réellement disposer de leur corps librement.

Mais malgré tout, même si tout est loin d’être parfait, force est de constater que nous sommes dans une dynamique positive depuis ces 40 dernières années. Or une échéance imminente risque de tout remettre en cause.

En effet, certaines d’entre nous hésitent à voter Macron le 7 mai parce qu’elles ne savent pas s’il est pire de confier les clés de la baraque à un banquier ou à une graine de fasciste. Je leur dirai qu’au vue de l’admiration que nourrit cette dernière pour Trump (et sa politique anti-IVG) et pour Poutine (dont le pays vient de dépénaliser les violences faites aux Femmes.) la réponse me semble évidente. Et je ne vous parle pas bien sûr du soutien que Boutin, modèle d’avant-gardisme en matière de moeurs, lui a apporté. Ni des déclarations répétés de sa délicieuse nièce Marion contre l’IVG.

Donc oui, le 7 mai on vote Macron. Sans hésitation, sans états d’âmes. Parce que c’est un choix de société.

Parce que ne rien faire pour arrêter Le Pen c’est prendre le risque de perdre de précieux acquis gagnés après de longues et douloureuses batailles. C’est dire adieu à cette Liberté fondamentale que nous construisons lentement et patiemment depuis des décennies et qui nous offre la perspective de pouvoir un jour disposer pleinement et librement de notre corps.

Alors pensez-y, le 7 mai prochain, parce qu’après il sera trop tard pour se lamenter, pour regretter…

Ce billet participe à l’événement initié par Catwoman qui nous propose à nous femmes et blogueuses de parler de nos droits fondamentaux bien trop souvent malmenés et remis en question à travers le monde. Agissons, mobilisons-nous et surtout votons !

Publicités

30 réflexions sur “Disposer de son corps librement, ce droit fondamental

  1. zenopia dit :

    40 ans, seulement une quarantaine d’années… c’est d’une violence extrême de se dire que les femmes ont des droits depuis seulement une quarantaine d’années… Je découvre The Handmaid’s tale : une série que toutes les femmes, tous les « humanistes » devraient visionner… (je suis perturbée depuis hier tellement je trouve que la condition de la femme est comme une toile éphémère…)
    Bon sinon, pour en revenir au vif du sujet… j’arrête de digresser… Amen !

    Aimé par 1 personne

  2. Rozie & Colibri dit :

    Cette question m’a particulièrement interpellée !! Une amie m’a dit « si elle passe, tu auras peut-être un bébé plus tôt que prévu. » Dans ma tête, ça a eu l’effet d’une bombe.
    Je ne sais pas quoi faire pour ces élections. Je change d’avis toutes les heures ! La seule chose dont je suis sûre c’est que je ne voterai pas pour elle … Je crois que c’est la première fois que je suis face à un choix si crucial. Un choix qui me dépasse. Je dois faire quelque chose. Trois voies s’ouvrent à moi et il m’a ardu de choisir !

    Aimé par 1 personne

  3. Cari dit :

    Merci milles fois! Si j’étais française, je vote Macron!

    Dans tes préjugés, tu as «  » »oublié » » » (un million de guillemets) la pression faite aux femmes qui ne veulent pas enfanter… Parce qu’une nana qui ne veut pas de gosses est une grosse connasse égoïste qui n’assume pas son « devoir » et qui ne sera jamais une vraie femme. (Et l’avis de Monsieur, on s’en bat les couilles, bien sur)

    Big bisous 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Aileza dit :

      Tu as complètement raison Cari, merci de réparer cet oubli 😉 Décider d’avoir un enfant doit être une décision personnelle. Au diable les injonctions de la société :!
      Bises ma belle ❤

      J'aime

Et vous, vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s